Archives pour la catégorie Microsoft

Walking Dead par Telltale Games

Test The Walking Dead: Saison 2 - Episode 1Chroniqueur bimensuel chez TechArtGeek, j’essaie depuis quelque temps à faire découvrir le jeu vidéo de maintenant via certains titres marquants. La semaine dernière je parlais donc de The Walking Dead, le petit chef d’œuvre de Telltale Games, afin de montrer le jeu vidéo sous son meilleur jour.

Jeu de dingue, ultra touchant, triste, violent, TWD est un titre qui touche. Malgré ses défauts (comme je le mentionnais dans mes précédentes critiques) il reste une valeur sûre et est un candidat parfait afin d’introduire madame Michou au jeu vidéo.

Lire ma chronique sur The Walking Dead chez TAG

category

The Wolf Among Us – Episode 1

Test The Wolf Among Us - Episode 1

Depuis 2012 et The Walking Dead, il est impossible de ne pas avoir entendu parler du studio Telltale Games. Par contre si vous ne connaissez pas le comic Fables, je ne vais pas vous en vouloir. C’est peut-être le moment de se rattraper.

Les derniers jeux de TTG ont une saveur très particulière : ils souffrent d’un gameplay extrêmement frustrant – pour ne pas dire nul à chier (même si celui-ci a été un peu amélioré depuis The Walking Dead et même 400 Days) – mais il y a toujours une histoire riche en émotions. The Wolf Among Us ne déroge malheureusement pas à la règle.

Story first

Depuis le succès de The Walking Dead, on pouvait s’attendre à ce que les Américains de Telltale améliorent leur formule. Il n’en est rien. On garde le gameplay rigide, on ne traduit absolument pas le jeu (même pas de sous-titres français) mais on a une histoire en béton.

Heureusement que le scénario est là sinon on se retrouvait avec un jeu totalement quelconque comme il en sort par palettes entières chaque année.

The Wolf Among Us est une préquelle au comic Fables sorti chez Vertigo (ou Urban Comics en France). Il s’agit d’inclure des personnages issus de contes et fables comme Blanche Neige, le Grand Méchant Loup, etc. Et justement il s’agit du célèbre loup que le joueur incarne, Bigby Wolf.

Grand Gentil Loup

Ici Bigby est le sheriff de Fabletown dont le but est de maintenir l’ordre. Très tôt cela devient le bordel et nous sommes menés à enquêter parmi cette communauté mystique.

Je ne vais pas en dire plus sous peine de spoiler. Sachez juste que les deux heures de jeu recèle de twists, surprises et cliffhanger hauts en couleur. De plus il m’est impossible de réellement me faire un avis définitif car il manque encore 4 épisodes qui sortiront peu à peu en 2014.

Je reparlerai du jeu quand il sera complet. En attendant, vous pouvez y aller car c’est de la bonne came.

CONCLUSION : Telltale Games fait un peu chier à ne pas améliorer son jeu et de sortir de sous-titres français. Si jamais l’anglais ne vous fait pas peur, les sous-titres disponibles suffisent. L’histoire est prenante et excellente. Si jamais vous connaissez le comic Fables, je vous plains (car certaines choses risquent d’être gâchées en fonction de vos connaissances [je comprends maintenant ce que disait Kalash de Canard PC dans son test …]). Dans le cas contraire, si vous vouliez lire les livres et faire le jeu, faites le jeu avant !

À faire. Un futur hit ! Attendez cependant que tous les épisodes soient sortis.

Episode 1 terminé en 2 heures. Testé à partir d’une version commerciale dématérialisée sur le Xbox Live Arcade (version gratuite temporaire).

category

La Xbox 360 et l’erreur 80072EF3

Xbox 360

Cette semaine j’ai eu la délicieuse surprise de tomber sur l’erreur 80072EF3 lors d’une tentative de connexion au Xbox Live. Je vous fais donc part ici d’une solution qui a fonctionné.

Vendredi, petite soirée Xbox Live entre potes sur Halo 4 Spartan Ops. Grosse mise à jour du jeu. Lors de la reconnexion au live, la console m’invite à entrer mes identifiants. Tout est déjà remplit, je ne comprends pas trop … Mais à la fin, plantage : erreur 80072EF3 !

Après avoir essayé de me reconnecter 4 / 5 fois minimum, redémarrage de console, etc. rien ne changeait : direction notre ami Google.

J’ai trouvé quelques posts dont celui de Microsoft qui est sûrement le plus nul ! Le comble.

On trouve d’autres sites avec des solutions un peu à la one again mais voici celle que je retiens car elle a fonctionné :

  1. Videz le cache de votre disque dur, cela ne peut pas faire de mal ;
  2. Réinstallez la dernière version du système Xbox.

Le vidage de cache peut être exécuté facilement :

Allez dans le menu des périphériques de stockage de votre Xbox 360

Allez dans le menu des périphériques de stockage de votre Xbox 360. Puis appuyez sur Y.

Puis appuyez sur Y. Dans ce menu, vous pouvez nettoyer le cache système

Dans ce menu, vous pouvez nettoyer le cache système

La dernière étape est semble barbare mais elle vaut le coup : l’erreur avait directement disparue ! La manipulation n’est pas bien compliquée. Dans le menu de votre disque dur (voir la première capture ci-dessus), faites cela :

  1. Bouton gauche (LB)
  2. Bouton droite (RB)
  3. Bouton X
  4. Bouton gauche (LB)
  5. Bouton droite (RB)
  6. Bouton X

Une nouvelle fenêtre apparait puis laissez-vous guider.

Le logiciel Xbox va être téléchargé puis installé

Le logiciel Xbox va être téléchargé puis installé

Si jamais cette solution ne marche pas, regardez du côté de la sécurité de votre compte via le site officiel Xbox / Microsoft. Il semblerait que certaines personnes aient des soucis après avoir activer la connexion en 2 étapes …

Je tiens à remercier Billy pour avoir partagé cette solution !

category

Assassin’s Creed 3 – euh ……..

Test Assassin's Creed 3Il m’est difficile de dire si je dois vous conseiller de jouer à Assassin’s Creed 3 ou de boycotter la licence. Avec Brotherhood et Revelations, je voue un espèce de culte de la haine envers le jeu d’Ubisoft. Mais bizarrement j’y retourne toujours.

Nouveau continent, nouvel héros, nouvelle période, nouveau moteur de jeu, AC3 avait tout en main pour faire office de reboot.

Si vous connaissez la saga, vous serez en territoire connu. En gros, vous prenez exactement la même recette qu’avant et vous la transposez dans l’époque de la révolution américaine. Vous virez les trucs pourris des épisodes précédents (tower defense, craft mal foutu, etc.) et vous y ajoutez de nouvelles bonnes idées.

La meilleure nouveauté est sans conteste l’apparition de l’Aquila, le bateau de Connor. Les batailles navales sont très plaisantes et font partie des meilleurs moments de l’aventure (ce n’est pas un hasard que AC4 se focalisera sur ces batailles). Le système de déplacement a aussi été revu, le jeu est beaucoup plus fluide qu’avant, les escalades s’enchaînent avec une facilité très appréciables (petite retenue pour les parcours dans les arbres parfois confus).

Assassin's Creed 3

Malgré les bonnes idées, je trouve que cet opus oscille entre le très bon et le merdique. L’introduction dure près de 2 ou 3 heures. Pour ne pas trop spoiler, sachez juste que durant ce laps de temps, on ne joue pas du tout Conor. Ubisoft a voulu poser les bases de ce titre par cette introduction. Mais putain que c’est chiant ! Y a un petit twist final sympa, mais bordel que c’est mal écrit.

D’un autre côté on a un très bon Conor (oui c’est le perso que je préfère de tous les Assassins, je dois être le seul) qui se retrouve à devoir protéger son peuple (moitié Indien, moitié Anglais, Conor Man, Conor Man !) et les révolutionnaires. On a le droit à quelques moments épiques avec des batailles mémorables.

Et s’il vous plait Ubisoft, arrêtez avec le système d’objectifs secondaires dans les missions, cela casse totalement l’immersion !

CONCLUSION : Malgré ses bonnes intentions, je ne sais toujours pas quoi penser d’ Assassin’s Creed 3 ! Ce dont je suis sûr c’est que ma « haine » a disparu. Peut-être que le 4 permettra de me réconcilier avec la licence …

Je conseille quand même ce titre ! Je n’ai pas énormément aimé mais cela ne l’empêche pas d’être très bien. Si vous aimez déjà Assassin’s Creed, celui-ci ne pourra pas vous décevoir, bien au contraire. Si vous ne connaissez pas la saga, il fera un très bon jeu pour commencer.

À faire ! Mais si vous êtes un peu comme moi, un réfractaire de la licence, faites-le mais ne l’achetez pas au prix fort, vous passerez quand même de bons moments.

Jeu terminé en 12 heures, avec une synchronisation totale de 37%. Quelques missions secondaires réalisées. Testé sur une version commerciale dématérialisée.

category

Metal Gear Rising: Revengeance – Un jeu bien (af)futé

Metal Gear Rising Revengeance

Metal Gear Solid 2 est une sombre bouse. Sans la partie sur la plateforme pétrolière et surtout sans Raiden, ce jeu aurait été très bien. MGS2 est pour moi le titre le plus pourri du canon Metal Gear. Puis Raiden réapparu dans le 4 et là je l’ai kiffé. Badass, stylish, ce personnage a trop la classe. Enfin vint Rising, un titre où l’on incarne ce perso qui passa d’un charisme d’une huitre à celui de Dante.

Exit l’infiltration, vous êtes ici pour butter, couper sans merci tout un tas de connards : un jeu dans la droite lignée de ce que maitrise Platinum Games (Bayonetta et Vanquish).

Dans ce jeu d’action (Ninja Gaiden, God of War, Bayonetta), vous jouez donc avec Raiden dans une quête de vengeance.

Lights! Camera!

Le gameplay très classique à base de coups faibles et forts marche très bien, comme tous les titres cités auparavant. Et comme chaque jeu de ce genre, tout le sel repose sur le système de contre / contre-attaque. Ici, celui-ci est excellemment bien pensé : diriger le stick vers l’ennemi qui attaque et appuyer sur coup faible en même temps. Cela demande une attention toute particulière à l’action et un peu de réflexe.

Ce morceau de game design est aussi bien son point fort et son point faible. En effet : un contre à diriger vers un ennemi + caméra qui fait de la merde = gros lots insultes envers les mamans des développeurs ! La caméra, en gros, fait vraiment nimp donc les contres sont trop souvent aléatoires.

Action!

Passé ce « détail », le jeu est ultra plaisant. C’est même l’un des meilleurs de sa catégorie. Ça tombe bien car il y a beaucoup d’actions dans MGR. Vous pouvez parfois passer outre certains combats mais vous empêchera d’accéder à la note max de chaque chapitre.

Au nombre de 7, les chapitres vous emmènent dans différents coins de la planète, prétexte pour des changements de décors très variés et bien foutus. Avec un level design simplet mais efficace, les phases d’action vous permettent de participer à des combats qui ne se ressemblent quasiment jamais.

Metal Gear Rising - Boss - Metal Gear Ray

Cut!

Fier de son diplôme de CAP Boucherie Charcuterie, Raiden a la capacité de tout découper ou presque. Grâce à son super sabre de la mort qui tue, nombre d’éléments prévus peuvent être découpés comme on veut. À vous de donner un angle et coupez un petit morceau de jarret sur les méchants soldats.

Au delà de l’aspect jouissif de trancher un humain en 300 morceaux, ce système est la seule façon honnête à Raiden de se régénérer (on peut aussi récupérer des trucs pour se remettre de la vie). L’épée au bon endroit, au bon moment et paf, full life. C’est bien foutu, bien pensé mais lors de certains combats mal barrés, il suffit d’un bonhomme à rusher et c’est reparti comme en 40. Je ne suis pas méga fan de ça … il fallait bien rentabiliser le simulateur de hachoir.

CONCLUSION : Malgré sa durée de vie minable et ma frustration vis-à-vis du système de contre (que j’ai commencé à maitriser après 4 heures de jeu), Metal Gear Rising est un jeu super fun. Je me suis vraiment bien éclaté. L’histoire à base de vengeance, de kidnapping d’enfants, etc. est certes basique mais au moins elle a le mérite de tenir la route.

À faire ! Peut-être pas à 60€ mais c’est 6h de pur n’importe quoi super fun

Jeu terminé en 5h30 en difficulté normale. Testé sur une version commerciale en boite.