category

Metal Gear Rising: Revengeance – Un jeu bien (af)futé

Metal Gear Rising Revengeance

Metal Gear Solid 2 est une sombre bouse. Sans la partie sur la plateforme pétrolière et surtout sans Raiden, ce jeu aurait été très bien. MGS2 est pour moi le titre le plus pourri du canon Metal Gear. Puis Raiden réapparu dans le 4 et là je l’ai kiffé. Badass, stylish, ce personnage a trop la classe. Enfin vint Rising, un titre où l’on incarne ce perso qui passa d’un charisme d’une huitre à celui de Dante.

Exit l’infiltration, vous êtes ici pour butter, couper sans merci tout un tas de connards : un jeu dans la droite lignée de ce que maitrise Platinum Games (Bayonetta et Vanquish).

Dans ce jeu d’action (Ninja Gaiden, God of War, Bayonetta), vous jouez donc avec Raiden dans une quête de vengeance.

Lights! Camera!

Le gameplay très classique à base de coups faibles et forts marche très bien, comme tous les titres cités auparavant. Et comme chaque jeu de ce genre, tout le sel repose sur le système de contre / contre-attaque. Ici, celui-ci est excellemment bien pensé : diriger le stick vers l’ennemi qui attaque et appuyer sur coup faible en même temps. Cela demande une attention toute particulière à l’action et un peu de réflexe.

Ce morceau de game design est aussi bien son point fort et son point faible. En effet : un contre à diriger vers un ennemi + caméra qui fait de la merde = gros lots insultes envers les mamans des développeurs ! La caméra, en gros, fait vraiment nimp donc les contres sont trop souvent aléatoires.

Action!

Passé ce « détail », le jeu est ultra plaisant. C’est même l’un des meilleurs de sa catégorie. Ça tombe bien car il y a beaucoup d’actions dans MGR. Vous pouvez parfois passer outre certains combats mais vous empêchera d’accéder à la note max de chaque chapitre.

Au nombre de 7, les chapitres vous emmènent dans différents coins de la planète, prétexte pour des changements de décors très variés et bien foutus. Avec un level design simplet mais efficace, les phases d’action vous permettent de participer à des combats qui ne se ressemblent quasiment jamais.

Metal Gear Rising - Boss - Metal Gear Ray

Cut!

Fier de son diplôme de CAP Boucherie Charcuterie, Raiden a la capacité de tout découper ou presque. Grâce à son super sabre de la mort qui tue, nombre d’éléments prévus peuvent être découpés comme on veut. À vous de donner un angle et coupez un petit morceau de jarret sur les méchants soldats.

Au delà de l’aspect jouissif de trancher un humain en 300 morceaux, ce système est la seule façon honnête à Raiden de se régénérer (on peut aussi récupérer des trucs pour se remettre de la vie). L’épée au bon endroit, au bon moment et paf, full life. C’est bien foutu, bien pensé mais lors de certains combats mal barrés, il suffit d’un bonhomme à rusher et c’est reparti comme en 40. Je ne suis pas méga fan de ça … il fallait bien rentabiliser le simulateur de hachoir.

CONCLUSION : Malgré sa durée de vie minable et ma frustration vis-à-vis du système de contre (que j’ai commencé à maitriser après 4 heures de jeu), Metal Gear Rising est un jeu super fun. Je me suis vraiment bien éclaté. L’histoire à base de vengeance, de kidnapping d’enfants, etc. est certes basique mais au moins elle a le mérite de tenir la route.

À faire ! Peut-être pas à 60€ mais c’est 6h de pur n’importe quoi super fun

Jeu terminé en 5h30 en difficulté normale. Testé sur une version commerciale en boite.

 

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>