Archives du mot-clé Point & Click

Walking Dead par Telltale Games

Test The Walking Dead: Saison 2 - Episode 1Chroniqueur bimensuel chez TechArtGeek, j’essaie depuis quelque temps à faire découvrir le jeu vidéo de maintenant via certains titres marquants. La semaine dernière je parlais donc de The Walking Dead, le petit chef d’œuvre de Telltale Games, afin de montrer le jeu vidéo sous son meilleur jour.

Jeu de dingue, ultra touchant, triste, violent, TWD est un titre qui touche. Malgré ses défauts (comme je le mentionnais dans mes précédentes critiques) il reste une valeur sûre et est un candidat parfait afin d’introduire madame Michou au jeu vidéo.

Lire ma chronique sur The Walking Dead chez TAG

category

Sam & Max: The Devil’s Playhouse

Test Sam & Max: The Devil's Playhouse

Avant The Walking Dead ou The Wolf Among Us, Telltale Games faisait des jeux d’aventures qui ressemblaient beaucoup plus à des Point & Click. C’était la belle époque des Sam & Max et compagnie, sûrement l’une de mes sagas préférées.

Je devais avoir ce titre sur ma PS3 depuis quelques années car je l’avais chopé dès les premiers mois de la création du PlayStation Plus. Il y a quelques temps, j’ai enfin décidé de m’y mettre et ce fut une nouvelle fois un putain de bon moment.

Les deux cons

Sam (le chien) et Max (le lapin) sont les partenaires les plus ouf du monde du jeu vidéo. Ils œuvrent pour le bien des concitoyens en offrant leurs services de détectives. Entre deux vannes bien trouvées, ils s’amusent parfois à sauver le monde.

Après avoir sauvé les States dans le 1er épisode (voir mon avis sur mon ancien blog Nozzhy) et s’être amusé avec l’espace-temps dans le 2, nos compères vont devoir faire face à une invasion d’une armée de gorilles dirigés par le Général Skun-ka’pe.

Coupé, décalé

Comme à son habitude, le studio californien a découpé le jeu en 5 épisodes. Durant un peu plus de 2 heures chacun, cela a permis aux scénaristes de conter 5 petites histoires différentes tout en gardant un fil rouge très sympa.

Sans trop spoiler, le 1er épisode consiste à se rebeller face aux mensonges de Skun-ka’pe. Ils sont aidés par des taupes qui s’avèrent être reliés aux ancêtres de Sam & Max. Le deuxième épisode prend donc part à la fin du 19è siècle (plus ou moins post Champollion) en Égypte. Le dernier épisode prend de grandes inspirations de Godzilla.

Toutes ces situations loufoques mélangés à un humour totalement décalé en font l’un des jeux les plus funs et drôles auxquels j’ai pu joués. Max (le lapin pour rappel) est sûrement le perso que je kiffe le plus : il est amusant, cynique, naïf, très attachant (d’autant plus qu’il lui arrive un nombre incalculable de couilles dans ce jeu !).

Même si c’est ultra fun, le titre ne déroge pas à la Théorie de Telltale Games : putain que c’est chiant à jouer ! Contrairement à leurs jeux récents, ici c’est un Point & Click. Qui dit P&C dit gestion d’inventaire, déplacements, etc. Et comme d’hab c’est loupé. Les personnages semblent avoir un gros balai dans le cul et l’interface est digne d’un stagiaire de petite section.

CONCLUSION : Avec Telltale, il faut toujours mettre le gameplay au placard pour ne pas passer à côté d’une petite perle. Le studio ne s’est pas contenté de changer l’histoire, il a aussi ajouté de sympa éléments de game design avec les pouvoirs de Max (lecture de pensées, téléportation, etc.) C’est très drôle, pas difficile, assez long, pas trop cher.

Une bonne surprise. Jeu à faire si pas trop cher (à moins de 20€, ne vaut pas plus)

Attention, il n’est disponible qu’en Anglais. (je crois qu’il y a des sous-titres Français sur la version PS3)

Jeu terminé en 10/12 heures. Testé sur une version commerciale dématérialisée et récupérée avec le PS+

category

Zero Escape: Virtue Last Reward. Visual novel à posséder sur PS Vita

Zero Escape: Virtue Last Reward

Bien avant DanganRonpa, mon expérience des visuals novels se résumait à Anamnesis et celui-ci, Virtue Last Reward. Autant, le premier était sympa et vraiment réussi, surtout de la part d’amateurs, autant le second m’a mis une grosse baffe. Pour ce titre, tenez-vous bien, on tient encore une histoire bien perchée que seuls les Japonais savent faire.

Vous, Sigma, êtes un brillant étudiant et la veille du Noël 2028, vous êtes kidnappé. Vous vous réveillez dans une pièce, une sorte d’ascenseur, au côté d’une fille inconnue dénommée Phi. Pour sortir, il vous faudra résoudre une énigme. Phi n’aide pas trop, à vous de vous débrouiller et de trouver la combinaison du coffre contenant la clé pour sortir.

Une fois sortis, Sigma et Phi rencontrent 7 autres personnes : Dio, Alice, Luna, K, Tenmyouji, Quark et Clover. Personne ne se souvient de comment ni pourquoi ils sont là. Et comme DanganRonpa, un personnage loufoque va faire son entrée et va commencer à foutre le bordel. Prenant la forme d’un lapin tout mignon, Zero (c’est son nom) va expliquer aux 9 personnes qu’ils font parti d’un jeu : Le Nonary Game: Ambidex Edition.

Le principe est simple : chaque participant à une montre sur son bras gauche. Dessus il y a un nombre. Si celui-ci tombe à zéro, la personne meurt par injection létale via la montre Il est aussi possible de gagner des points via un mini jeu qui consiste à s’allier ou à trahir quelqu’un de bien précis. Le but du jeu est de gagner 9 points pour sortir du complexe dans lequel vous êtes tenu prisonnier.

Jsuis pas une balance !

Vous avez tous déjà vu cette scène dans un film ou une série ! Le dilemme du prisonnier repose sur un principe simple : prenez deux personnes suspectées de complicité de meurtre, toutes deux dans des pièces différentes. Les flics vous offrent un deal : vous deux coopérez, une remise de peine pour les deux ; vous balancez l’autre, vous sortez et l’autre prend cher ; enfin vous deux vous taisez mais faute de preuve vous restez un petit moment en prison. Le mini jeu cité plus haut se repose exactement sur ce principe.

Si les deux parties s’allient : ils gagnent 2 points chacun. Vous choisissez « alliance » et l’autre « trahison », vous perdez 2 points et lui en gagnent 3. Si tout le monde choisi « trahison », personne ne gagne de point.

Pour rappel, votre but est de sortir du complexe, de réunir 9 points. Le problème est que vous êtes en danger de mort mais pouvez-vous faire confiance à l’autre personne ? Pour cela vous allez apprendre à connaitre tous ces gens.

À l’aventure compagnons !

L’Ambidex Game – le mini jeu expliqué juste avant – est une part très importante de Virtue Last Reward mais ce n’est pas la seule. Pour rentrer dans les pièces permettant de voter, il faut, au préalable, récupérer deux cartes, une pour chaque partie. Ces cartes sont toutes planquées dans des coffres à combinaisons inconnues où seule la résolution d’énigmes vous permettront de connaitre. Ces différentes phases se font avec différentes personnes choisies en fonction d’un embranchement que vous prenez dans le scénario.

Ce système de choix plutôt bien foutu permet de choisir avec quels personnages continuer l’aventure. En gros, à certains moments, on vous demandera de passer à travers une porte parmi trois. En fonction de ce choix ce sera une personne différente qui vous accompagnera. Et attention car ce sera contre cette même personne que vous jouerez à l’Ambidex Game !

Ce choix fait, le jeu passe dans un mode à la Point & Click à l’ancienne avec des énigmes pour découvrir la combinaison du coffre (coffre contenant les cartes d’accès à la salle du vote pour rappel). Ces petits jeux sont pour la plupart assez faciles. Par contre il y en a certains très retors qui demanderont peut-être à s’y prendre plusieurs fois. N’hésitez pas à prendre votre temps, rien n’est chronométré.

Jeu BAC+5

Pas besoin d’avoir fait de hautes études pour comprendre certains principes du jeu cependant il intègre pas mal de concepts scientifiques. Nous avons vu le dilemme du prisonnier plus tôt mais ce n’est pas le seul ! On peut aussi citer, entres autres, l’expérience du Chat de Schrödinger, les Trois lois de la robotique ou les multivers.

Tout cela pourrait paraitre extrêmement compliqué voire inutile mais ce n’est pas le cas. Tout est très bien expliqué et surtout crédible. Les auteurs n’ont pas ajouté des théorèmes juste pour se la raconter. Le concept de multivers est, selon moi, le mieux exploité.

Une petite partie des choix, présentant le multivers du jeu.

Pour faire simple, à chaque fois que vous choisissez de traverser une porte et non l’autre, cela crée un nouvel univers parallèle. Idem après un vote lors de l’Ambidex Game. Le jeu tire profit du théorème du multivers car vous aurez la possibilité de revenir plus tard au moment du choix et d’en faire un autre. Et le truc de méga ouf et que vous, joueur / joueuse, vous vous souvenez de ce qu’il s’est passé précédemment, et Sigma a la capacité de « voir » à travers ses différents lui. Perso j’ai trouvé que c’était un élément scénaristique assez ouf ! :)

To be continued (?)

Grosse surprise que ce Zero Escape: Virtue Last Reward ! Je n’aurais jamais imaginé un visuel novel me scotcher autant ! Avec des personnages tous très bien écrits et complexes, l’équipe de Spike Chunsoft a fait du très très bon travail. Comme ça, le jeu ne parait pas très excitant mais franchement vous allez vous surprendre à vouloir toujours en savoir toujours plus sur les personnages et sur nos mystérieux geôliers.

Sur la technique, pas grand chose à dire comme à chaque fois pour ce genre de jeu. Les dessins sont très jolis et les personnages sont bien rendus : ils sont animés et non statiques / dessinés comme DanganRonpa. Les doublages japonais sont tops mais attention, le jeu n’est disponible qu’en Anglais sous-titré.

Avis aux chasseurs de trophées ou joueurs avides de complétude : connaitre l’intégralité de l’histoire, la finir à 100%, c’est le platine ! Il s’agit donc de mon premier platine car j’ai voulu tout savoir.

Un visuel novel de ouf ! Avec DanganRonpa, la PS Vita détient deux jeux d’exception avec des durées de vie folles : 30 heures de moyenne. Le jeu précédent, 999 est désormais disponible sur iOS (non disponible en France avant car la 3DS est zonée), je vais me le faire bientôt ! Et j’espère franchement que le créateur de la série va se mettre sur le 3è titre sous peu !

Jeu terminé à 100% en 33 heures. Trophée platine débloqué. Testé sur une version commerciale dématérialisée et récupérée avec le PS+

category

The Walking Dead: Saison 2 – Episode 1. Digne suite ?

Test The Walking Dead: Saison 2 - Episode 1

J’ai l’impression d’être tombé dans un piège. Telltale Games ferait-il de bons jeux ? Réponses, révélations, coups de poignards !

Comme je le disais précédemment, The Walking Dead: Saison 1 est pour moi l’un des meilleurs jeux de 2012. Avec un début de The Wolf Among Us très prometteur, j’ai ensuite directement enchainé sur 400 Days, le DLC de la première saison de TWD. Me voilà maintenant en train de parler de la saison 2 de The Walking Dead et sachez-le, c’est de la bonne came !

Série Z

À l’instar de TWAU, il est difficile de se faire une vraie idée sur la qualité du titre. Comme à chaque fois, on ne peut jouer que 2 heures au premier épisode d’une série de 5. Malgré cette courte durée, Clementine va vraiment en chier !

Le héros du premier jeu, Lee, n’étant pas présent dans ce titre (spoil: car décédé dans le 1er), c’est au tour de Clementine de prendre le relais. J’avoue que j’avais très peur de ce changement. Telltale a réussi à nous faire avoir le même sentiment qu’avant : je voulais à tout prix protéger cette enfant fragile.

Grâce à Lee et aux autres personnages de la saison précédente (dont certains que l’on recroise), Clem a appris à se défendre et elle va en avoir besoin. The Walking Dead est une série où les ennemis ne sont pas les zombies mais les humains (grosse critique de la société individualiste actuelle). Et des connards, elle en va en croiser des tonnes !

Le fond et la forme

À vrai dire, TTG nous a livré un jeu digne de leur cahier des charges depuis 2 ans : le scénario nous tient en haleine tandis que l’on est en droit de crier sur le gameplay. Sorti un mois après The Wolf Among Us, je pensais que le studio aurait eu un peu de temps pour corriger le tir suite aux diverses critiques. Il n’en est rien.

C’est toujours aussi rigide d’y jouer à la manette, à croire que seul le combo clavier/souris est le mieux adapté à ces jeux. J’ai quand même l’impression qu’une aide (un genre de aimbot) a été ajoutée lors des QTE demandant de déplacer les sticks à certains endroits.

J’avoue parfois gueuler sur certains détails mais il faut avouer que parfois c’est très chiant. Heureusement, le jeu est mieux fini que la saison 1 qui proposait des bugs à gogo (jeu qui ne reconnaissant plus la manette lors des dialogues, etc.) On s’approche de plus en plus du sans fautes.

CONCLUSION : Les jeux The Walking Dead de Telltale Games sont toujours très prenants. Les histoires sont génialement bien écrites et le stress se fait sentir. Il est quasiment impossible de se fier à qui que ce soit. On peut regretter une maniabilité à la manette un peu foirée lors de certains QTE et l’impression d’avoir fait 400 Days pour rien (d’après le trailer du jeu, des répercussions du DLC se verraient dans l’épisode 2). Le gros défaut de ce jeu est que l’on tombe très vite en manque !

Tout comme The Wolf Among Us, je ne saurais que le conseiller. Par contre attendez peut-être la sortie des 4 autres épisodes pour vous faire un avis car la qualité pourrait baisser d’ici là, même si je n’y crois pas du tout.

Épisode 1 terminé en 2 heures. Jeu testé sur une version commerciale dématérialisée.

category

The Walking Dead: 400 Days – Coupe faim …

Test The Walking Dead: 400 Days

Après avoir kiffé le premier épisode de The Wolf Among Us, j’ai eu la méchante envie de rejouer à The Walking Dead – l’un des meilleurs jeux de 2012 pour moi – mais il fallait que je fasse le DLC 400 Days avant.

Prenant place parallèlement aux péripéties de Lee et Clementine, 400 Days est un DLC de la première saison du jeu de Telltale Games. On y suit plusieurs histoires de différentes personnes à divers moments et endroits. Le joueur a la possibilité de faire les histoires dans l’ordre qu’il veut, mais cela ne va rien changer au final.

DLC utile ou pour combler un vide ?

À vrai dire, je ne saurai répondre à cette question. Il est vrai que je l’ai acheté car j’avais envie de retourner dans ce sublime univers. Je savais que le jeu était axé sur d’autres personnages mais il y a un truc qui me gène dans la construction globale du jeu.

Le fait d’utiliser plein de petites histoires sur 2 heures de jeu nous empêche d’apprécier les personnages et de créer des liens affectifs comme il y avait eu avec Clementine et Lee. De plus, je ne sais toujours pas à quoi ce DLC sert ! J’ai fait le 1er épisode de la saison 2 et je ne vois toujours pas l’ombre d’une quelconque conséquence …

TTG nous promet que les choix seront utiles dans la saison 2, j’attends de voir. En attendant, on peut se dire que, comme d’habitude, certaines situations sont très fortes en émotions. Les situations stressantes arrivent très souvent et les choix s’avèrent vraiment cruciaux. The Walking Dead reste toujours un jeu à faire pour son scénario et non son gameplay approximatif.

CONCLUSION : Le jeu est toujours aussi chiant à prendre en main mais l’histoire est quand même très prenante. Pas l’ombre de sous-titres français alors que j’ai vu que normalement c’était disponible … et toujours pas de conséquences visibles dans la saison 2 (j’en parlerai bientôt). Ce DLC a presque le gout d’un mini jeu pour faire patienter et qui n’a franchement rien à faire avec la saison 1, cela aurait plutôt dû être un prologue de la saison 2 …

Difficile de ne pas conseiller ce DLC car sa qualité d’écriture est toujours là. Cependant faites un gros fuck à Telltale Games et achetez-le à moitié prix, soit 2,50€ !

DLC terminé en 2 heures. Testé sur une version commerciale dématérialisée.