Archives du mot-clé Sean Murphy

The Wake par Scott Snyder, Sean Murphy et Matt Hollingsworth

The Wake c’est un peu comme un OVNI. J’en entends parler pour la première fois chez un libraire en Allemagne, juste après la Gamescom. Mon ami Laurent cherche un truc génial. Nic le proprio, sans hésiter, lui montre le TPB de The Wake, en VO. Apparemment ça cartonne aux States et c’est effectivement génial. Il aura fallu presque 6 mois pour que je puisse lire la version française. Cette attente ne fut pas veine, c’est une vraie claque dans les dents.

Et The Wake ça parle de quoi ? À première vue, après une première lecture on voit une aventure épique. Découpée en deux morceaux bien distincts, la première partie nous plonge dans l’histoire d’une scientifique recrutée afin de déterminer une chose découverte au fond de l’océan. Sorte de sirène – mais pas aussi jolie qu’Ariel – la bête intrigue beaucoup de monde. Usant de pouvoirs connus dans notre folklore (pouvoir attirer les hommes grâce à leur chant) et de sa puissance, la sirène va réussir à s’échapper et ce sera le début d’un bon gros bordel.

La seconde partie se déroule bien plus tard, 200 ans plus tard pour être précis. Le monde a énormément changé, on se croirait presque dans Waterworld (oui oui le film avec Kevin Costner). L’humanité est retranchée et fait face à une terrible menace provenant de l’océan. Le récit est totalement différent, on suit une femme qui va se voir attirer dans une histoire complètement folle. Pourchassée, elle va découvrir des choses qui pourraient sauver le monde.

Collaboration de deux super stars actuelles dans le monde du comic book, Scott Snyder et Sean Murphy ont fait un travail de fou. N’oublions pas non plus la personne à la colorisation : sans Matt Hollingsworth, The Wake ne serait ce qu’il est.

Le trait du Murphy est stupéfiant. Depuis que je l’ai découvert avec Punk Rock Jesus, il fait parti des dessinateurs que je préfère. Brouillon, au premier coup d’œil, Sean Murphy a en fait un style sans pareil, tout est super détaillé, c’est magnifique. Du côté de la colo, Hollingsworth a réussi à sentir l’émotion de The Wake. La 1re partie est très sombre, avec des couleurs allant vers le noir ou le bleu. C’est le côté sombre de l’humanité, sa fin alors que l’autre partie du livre va vers les couleurs chaudes représentant la vie, l’illumination, le renouveau de l’humanité.

De son côté, Snyder nous livre une copie impeccable. Enfin presque, la fin est peut-être un peu rapide, un peu facile voire bizarre mais c’est quand même nickel. Il utilise énormément de références ! Il y a des légendes, des sirènes, des pirates et j’en passe. Il rend aussi les personnages très attachants en les rendant faibles, au bord du gouffre mais qui se mette à fond pour y arriver.

Une seconde lecture de The Wake peut être interprétée comme une critique de la société, de notre capacité à l’autodestruction ou de notre facilité à s’approprier des territoires sans se soucier des actuels occupants. The Wake peut être vu comme un message écologique : prenez soin de ce qui vous entoure sinon cela se retournera contre vous, le ménage sera fait, vous en sortirez plus fort et vous comprendrez le message.

Peu importe comment on interprète le message – si tant est qu’il y ait un message derrière – The Wake reste une très belle histoire réunissant Snyder et Murphy dans leurs meilleurs jours. Et big up à mister Hollingsworth avec sa colorisation de ouf !